Vous êtes ici > accueil > Installation de votre système solaire > Principe général du chauffe-eau solaire > Avantages et inconvénients du système à thermosiphon

Avantages et inconvénients du système à thermosiphon

Mis à jour le 16/10/2013

Le chauffe-eau solaire à thermosiphon fonctionne très bien, requiert un entretien minimum et son taux de pannes est faible. Si le lieu d'implantation du système solaire bénéficie d'un bon ensoleillement, c'est sans doute une des solutions à étudier.

Comment calculer le rendement des panneaux solaires ?

Article(s) à lire avant
Devis gratuit : Chauffe eau solaire
Devis gratuit : Panneaux solaires
Devis gratuit : Chauffage solaire

Le fonctionnement de ce type de chauffe-eau solaire est très simple et les risques de pannes sont faibles. Les coûts sont restreints et les performances, surtout dans les régions ensoleillées (comme le Sud de la France), sont excellentes.

S'il y a un coupure de courant électrique vous aurez toujours de l'eau chaude et l'entretien du chauffe-eau sera négligeable pendant vingt ans au moins, car la partie la plus fragile d'un chauffe-eau solaire est généralement la partie électrique (pompe, régulation électronique et sondes).

Etant donnés les avantages, pourquoi les chauffe-eau solaires en thermosiphon sont-ils si rares ?

Emplacement du thermosiphon

Le ballon doit impérativement être placé plus haut que les capteurs afin de permettre la thermo-circulation naturelle. C'est une contrainte importante: pas question de placer les capteurs sur le toit et le ballon dans la cave. Cependant, il y a souvent des solutions.

Les deux exemples (en photo) montrent des choix architecturaux adaptés.

 

Capteur solaire au sol dans un emplacement intégré à l'architecture. Le ballon se trouve au rez-de-chaussée, derrière le capteur.

 

 Capteurs accrochés en façade avec une pente légère vers la sortie de l'eau chaude. Le ballon se trouve dans les combles, derrière la façade.


Pertes de charge

Les pertes de charge caractérisent les résistances au passage de l'eau dans les circuits. La résistance à l'écoulement est provoquée par la longueur des tuyaux et les accidents de parcours, comme les coudes, raccordement de tubes de sections différentes ou la présence des accessoires divers de réglage ou de sécurité.

Si les pertes de charge sont trop importantes, l'eau est freinée et peut même ne plus circuler. Par contre, si la tuyauterie est trop large, l'eau circule librement, mais trop lentement et le rendement est moins bon.

Le thermosiphon devra être suffisamment "puissant" pour vaincre les pertes de charge, sans que la différence de température de l'eau entre la sortie du capteur et la sortie du ballon soit excessive.

Comment palier aux pertes de charge ?

Il n'y a pas si longtemps, toutes les installations de chauffage fonctionnaient en thermosiphon et les plombiers/chauffagistes avaient l'expérience nécessaire pour assurer la mise au point. Depuis lors, la banalisation des pompes et des contrôles électriques a créée une méfiance concernant la circulation naturelle. C'est pour cette raison que les chauffe-eau solaires à éléments séparés ne pouvaient pas bénéficier des subventions de l'Ademe, si leur fonctionnement était en thermosiphon. En effet, il semblait trop difficile de certifier un système qui demandait un véritable savoir faire de la part des installateurs. 

Actuellement, on peut bénéficier des crédits d'impôts sur des équipements solaires indépendamment de leur mode d'installation. Néanmoins, il faut prendre toutes les précautions dans la conception et dans la réalisation d'une installation en thermosiphon.

Cette page ne remplace pas un manuel de plomberie et les informations ne représentent que des indications.

Choix des capteurs solaires

Certains capteurs solaires ne peuvent pas fonctionner en thermosiphon, car les pertes de charge dans le circuit hydraulique à travers l'absorbeur sont trop importantes. Il faut se renseigner chez le fabricant, si le revendeur n'est pas au courant.

Dans l'exemple d'un capteur avec un absorbeur type "échelle", la diamètre interne des tuyaux doit être de 12 mm (au moins) et les collecteurs aux extrémités de 22 mm.

 


Disposition des capteurs

Il faut favoriser l'écoulement de l'eau à travers les capteurs en leur donnant une légère pente afin de faciliter la "montée" de l'eau chaude. Si les pertes de charge sont trop importantes, le thermosiphon ne s'amorcera pas. En conséquence, les tuyauteries horizontales doivent avoir une légère pente, 3 mm par mètre au minimum.

 

 

 

 

 


Circuit hydraulique

En règle générale, le circuit hydraulique doit être le plus court et le plus simple possible. Pour une installation conventionnelle avec le ballon près du capteur, le diamètre interne des tuyaux de liaison sera de 22 mm. Il faut augmenter les dimensions si le circuit est plus long.point médian de l'échangeur dans le ballon doit être au moins 1 mètre plus élevé que le point médian des capteurs.

 

 

 

 

 

Article mis à jour le 16/10/2013

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Voir les articles archivés

A découvrir...